Nous avons visité divers lieux (résidences et écoles) avec des solutions différentes, rencontré des personnes convaincues qui ont partagé leurs savoirs et leurs expériences. De ces rencontres, nous retenons les points suivants:

  • Le modèle de la MARPA-École est très inspirant. (Vivre Ensemble vidéo de 52 minutes). Une résidence de seniors (où chacun est locataire de son logement) et une école primaire sont regroupés dans le même bâtiment, les contacts intergénérationnels sont bénéficiaires pour tous.
  • La coopérative d’habitants est une forme d’habitation qui répond à de nombreux critères de l’éco-résidence telle que nous l’envisageons.
  • La mise en place d’une gouvernance horizontale est nécessaire pour un vivre ensemble harmonieux.
  • L’habitat doit correspondre aux standards écologiques comme BBC (Bâtiment Basse Consommation), Minergie P-Eco et autres.
  • Le décret du 21 décembre 2015 fixe les règles de création des coopératives d’habitants et des sociétés d’attribution et d’autopromotion. Ces entités juridiques permettent aux habitants souhaitant concevoir, construire et gérer eux-mêmes leur logement de se regrouper.

“Les sociétés coopératives d’habitants sont des sociétés à capital variable (…) qui ont pour objet de fournir à leurs associés personnes physiques la jouissance d’un logement à titre de résidence principale et de contribuer au développement de leur vie collective (…).” (extraits des articles L200-1 et L200-2 du Code la Construction et de l’Habitat)

La coopérative d’habitants est un regroupement de personnes qui gérent ensemble les logements qu’ils occupent:

  • Processus démocratique basé sur les valeurs d’égalité, de transparence dans la gestion et de participation de chacun aux décisions. “Une personne = une voix”
  • Locataires de leurs logements (versent à la coopérative une redevance dont le montant dépend à la fois de la superficie du logement et des revenus de la famille) et propriétaires de la coopérative (qui est propriétaire du bâti) grâce à l’achat de parts sociales.
  • Pas de spéculation immobilière. Les loyers reflètent le coût réel d’exploitation de l’immeuble et sont inférieurs au marché local étant donné l’implication des coopérateurs dans sa gestion.

LecoLab pourrait adopter le status de coopérative d’habitants pour la réalisation de son projet.